Pages Navigation Menu

La mémoire d'Andenne

Petite histoire des cloches de la Collégiale Ste Begge

Les Cloches

2 Souvenirs

  1. En lisant ceci, je me suis souvenue que mon père avec quelques maquisards étaient aller « voler » les cloches d’un patelin (dont je n’arrive plus a me souvenir du nom…)avant que les allemands ne les emportent et les ont jetées dans un lac. En 1945 ils sont allés les récupérer et les ont reporter dans leur église. Des journalistes étaient présent a la fète. Je me souviens avoir vu les photos sur un journal a l’époque. J’espère arriver a me souvenir du nom du patelin…il me vient en tète Burdine….mais je ne suis absolument pas certaine de ça. Ca pourrait ètre tout autre chose

  2. urdinne, église Nativité de la Sainte-Vierge
    Cette église comporte trois cloches : une Joseph Plumère de 1677 et deux Andreas (ALJ) Van Aerschodt de 1848.
    Cloche 1 – Il s’agit d’une ALJ VAN AERSCHODT VANDEN GHEYN. Elle date du temps où le fondeur utilisait encore le préfixe Vanden Gheyn, afin d’affermir sa réputation. Elle a un diamètre de 116 cm.
    Cloche 3 – Même fondeur, même date, même ensemble décoratif, pour un diamètre de 92 cm.
    Cloche 2 – Il s’agit d’une cloche émanant des fondeurs Plumère / Plumerel / Plumeret, datée de 1677. Elle est signée de Johannes et Josephus PLUMERE (Jean et Joseph Plumère). Le battant a énormément de jeu et le baudrier ne dispose d’aucune pièce de cuir pour la stabilisation. Cette cloche ne semble plus être utilisée en volée. De gros éclats résultent vraisemblablement d’impact avec la chasse de la cloche voisine.

    L’état du clocher, très sale, contraste radicalement avec celui de l’intérieur de l’édifice, une église bien entretenue située sur une rue principale. Le clocher a été nettoyé l’année précédente mais le grillage, insuffisamment résistant, n’a pas éloigné longtemps pigeons et choucas.

    L’état de saleté des cloches, notamment des accumulations de guano, ne laisse guère la possibilité d’évaluer les décors. Concernant les Van Aerschodt, il semblerait que ce soient deux décors identiques, comportant d’assez larges frises néo-gothiques. Ce serait un travail classique concernant les ateliers Van Aerschodt. L’une des cloches possède une figure de Vierge fort saillante et très réussie. A gauche figure le mot « Burdinne ».

    Les cloches de 102 cm et de 116 cm auraient été enlevées par l’occupant mais le convoi, trop peu protégé, aurait été lui-même détourné par les habitants. Ils auraient immergé les biens dans un étang tout proche jusqu’à la fin de la guerre. Elles ont été réinstallées dans le clocher par la suite.

    La cloche Plumère possède une large effigie sur la robe, qui est une croix christique, en grande partie réalisée par un entrelacement de fruits semblables à des vignes. Si tel est le cas, ce sont surtout les raisins que l’on voit bien. Les rinceaux sommitaux semblent être : partie du bas des palmettes, assez larges et non enroulées ; partie du haut une frise de framboises en végétation ondulante, ce qui semble nettement correspondre à un classique dans l’art de ces saintiers. La robe possède le texte IOANNES ET JOSEPHUS PLUMERE ME FUDERUNT, puis cinq petites fleurs en quinconce. Notons qu’il est intéressant de signaler que le nom mentionné ici soit « Plumère » et aucune des variations orthographiques. En dédicace est mentionné le nom
    « BVRDINNE ». Notons de même que la robe possède un médaillon, possédant une représentation de vierge à l’enfant. Le travail est esthétique et réussi

    JE VIENS D’ALLER SUR INTERNET AVEC MON IDEE DE « BURDINNE » ET J’AI DE LA CHANCE…C’EST CA! ON DIT ICI QUE LE CORTEGE A ETE DETOURNE PAR LES HABITANTS…IL S’AGISSAIY EN REALITE DE L’A.S.

Partagez votre souvenir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>