Sélectionner une page
Bibliotheca Andana > Dossiers > Odonymie (Etude du nom des rues)

Pour des informations sur ce sujet, vous pouvez consulter:
– La Vie Mosane – 10e année – n°473 – 10 décembre 1955, p.1. (Réflexions sur la dénomination de nos rues)
– La Vie Mosane – 12e année – n°560 – 24 août 1957, p.4. (Inauguration de l’Avenue Maria Simon)
La Vie Mosane – 18e année – n°826 – 20 avril 1963, p.1. (M. Fidèle Bruyère, nouvel échevin)
La Vie Mosane – 18e année – n°857 – 14 décembre 1963, p.1. (Remerciement américains pour la rue Président Kennedy à Andenne)
La Vie Mosane – 19e année – n°23 – 6 juin 1964, p.4. (Andenne – Conseil communal – Une rue des Fusillés ?)
La Vie Mosane – 19e année – n°39 – 3 octobre 1964, p.1. (La dernière Piperie artisanale d’Andenne va disparaître – La rue des Chats)
La Vie Mosane – 20e année – n°2 – 9 janvier 1965, p.1. (Sites historiques andennais)
La Vie Mosane – 21e année – n°19 – 14 mai 1966, p.3. (L’ancien niveau de la rue des Pipiers revoit le jour)
La Vie Mosane – 21e année – n°22 – 4 juin 1966, p.3. (Les maisons de la rue Maquet condamnées)

1 Commentaire

  1. Jean Sacré

    Pour comprendre l’origine du nom de la rue Libeck.
    Le nom « de LIEBEECK » est le surnom communément donné à la comtesse de HOEN de CARTILS de NEUCHATEAU Marie-Elisabeth-Jeanne-Louise, correspondant à une seigneurie de cette famille, pour la distinguer de sa sœur Marie-Anne-Caroline, elle surnommée « de WAUDÉMONT ». Admises au Chapitre vers 1754. Elles partiront à Namur le 1er mai 1787.
    Les terres arborées dites « Pré Liebeeck » comprises dans le quadrilatère rues Denée, Rogier, Bertrand et Liebeeck furent « sauvées » par cette chanoinesse qui les légua à la Fabrique d’église. Au XIXe s, la franche occidentale fut vendue au Winand-Vielvoye (de la rue Denée aux garages actuels) La Fabrique vendit la franche orientale (Maisons de la rue Bertrand). Sur les terrains centraux, on construira la Maison des Ouvriers (catholique) et l’Institut Sainte-Begge. J’ignore la date de cession pour la polyclinique.
    La rue Bertrand n’était qu’un sentier séparant ce bien de celui des POLET auxquels succèderont les BRUN par alliance compris entre les rues Defnet, Brun, côté sud des Tilleuls et Bertrand.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *