Sélectionner une page

N°130 – G.H. Editions A. Variante N°307 – G.H. Ed. A.

3 Commentaires

  1. SACRE Jean

    La seule entrée subsistante du quartier réservé dénommé sous l’Ancien Régime ‘Les Encloîtres’. Cette porte fut érigée en 1729 lors d’une phase de modernisation des abords de cet enclos [réaménagement des murs du cimetière, des accès à l’ancienne collégiale Sainte-Marie-Majeure, construction de 2 nouvelles demeures (chanoine Muniez = Sœurs de Charité, aujourd’hui école industrielle; Nassau-Corroy = auj. bâtiment oriental de l’Institut Sainte-Begge Chapitre), restauration de la maison prévôtale = emplacement bâtiment administratif, …]. Contrairement à ce que l’on rapporte souvent, il n’existait à cette époque (XVIIIe s.) que DEUX portes monumentales: celle-ci qui ne portait pas de nom particulier et celle dite ‘Le Grand Portail’ qui se situait entre aujourd’hui le site du bâtiment administratif de la Ville et le parterre avec la statue du Roi Albert Ier et l’arbre du centenaire. Cette porte était plus imposante que celle subsistante puisque son fronton abritait la statue de sainte Begge ornant l’autel de ce nom aujourd’hui en la collégiale. Deux autres petites portes ouvraient directement sur les ‘Alloys’ = allée couverte ceinturant un enclos à destination de cimetière réservé aux élites contigu à l’ancienne collégiale au sud. L’une était dénommée ‘Porte Saint-Jean’ car située à proximité immédiate de l’ancienne église paroissiale de ce nom (emplacement correspondant pratiquement à l’entrée latérale occidentale de l’actuelle collégiale, à gauche du monument aux Héros et Martyrs). L’autre était parfois dénommée ‘Porte Saint-Lambert’ et était proche des degrés (=escaliers) de cette église que l’on peut localiser avec vraisemblance dans le transept oriental de l’actuelle collégiale. Quand celle-ci fut construite, le Chapitre se préoccupa de la ‘refermeture des Encloîtres’ et fit construire une troisième porte à l’angle sud-ouest du nouvel édifice entre celui-ci et le mur de soutènement au pied de la rue des Chats = des Chanoinesses. Le Chapitre Noble Sainte-Begge ayant été supprimé en 1797, cette dernière porte et le ‘Grand Portail’ furent démolis lors des travaux de réaffectation de l’antique cimetière paroissial sous les régimes français et hollandais. Nous ignorons précisément à quelle date la porte qui subsiste fut dénommée ‘Porte Saint-Etienne’. Les publications érudites de la fin du XIXe s. sur l’histoire de la noble institution durent certainement y contribuer; la nécessité d’une identification précise notamment à des fins touristiques aussi (comme pour la maison dite ‘de sainte Begge”).

  2. SACRE Jean

    Mea culpa, coquille typographique: la date de construction de cette porte n’est pas 1729 mais 1719 et, selon toute vraisemblance, d’après un projet de l’architecte-entrepreneur d’origine liégeoise Nicolas COMHAIRE ou COMHÈRE. Des portes monumentales de cette conception avec quelques variables se rencontrent ailleurs dans la région: château de Seilles, château de Libois à Evelette, abbaye de la Paix-Dieu à Amay, ancien château de Flémalle (auj. adm. communale), …

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre site utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience. Plus d'information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close