Sélectionner une page

Pour des informations sur ce sujet,vous pouvez consulter:
La Vie Mosane – 12e année – n°578 – 28 décembre 1957, p.4. (Les Trairies à Andenne)
La Vie Mosane – 13e année – n°627 – 20 décembre 1958, p.1. (Vieille coutume de chez nous: Les Trairies seront jouées au Réveillon de Noël)
La Vie Mosane – 16e année – n°782 – 30 décembre 1961, p.1. (Un beau Noël Andennais – Les Trairies)
La Vie Mosane – 18e année – n°861 – 28 décembre 1963, p.1. (Noël dans la cité, les Trairies)
La Vie Mosane – 20e année – n°50 – 25 décembre 1965, p.1. (A propos des Trairies)
La Vie Mosane – 23e année – n°49 – 21 décembre 1968, p.1. (Trairies à Andenne)
La Vie Mosane – 26e année – n°48 – 18 décembre 1971, Supplément illustré. (Les Trairies à Andenne, la nuit de Noël)

Dans ce dossier

Andenne - Les Trairies

Article du journal "Vers l'Avenir" en 2005 relatif aux trairies.

Les Trairies

Article d'un journal indéterminé sur les trairies.


Les Trairies à Andenne

Article du Journal "Vie Mosane" sur l'histoire des trairies à Andenne.

Les trairies

Le Patrimoine d'Andenne - Collectif - Cahier du Patrimoine, 2012, p.22.


Propos de saison. Cougnou et bouquette.

Chronique sur les mots relatifs à la fête de Noël.

Une tradition qui ne doit pas mourir: le cougnou de Noël.

Article du journal "La Cité" du 25 décembre 1961.


4 Commentaires

  1. Madeleine TASSET

    Dans les années 1935/40, à Noèl, a la sortie de la messe de minuit, avec mes parents on allait a la boulangerie SERVAIS rue Brun pour jouer aux trairies (comme tous les andennais) et on rentrait a la maison les bras chargés de ” Cougnoux” de toutes les tailles….Quel bon déjeuné le lendemain !

  2. libois sylvie

    Mon grand-père maternel, Roger Sol, était un fervent adepte des trairies. Maman me raconte que chaque année, le jour de Noël, il se faisait une joie de participer à ces concours de cartes, desquels il revenait avec de délicieux cougnoux. Bien sûr, avant son arrestation, lors de la seconde guerre mondiale.

  3. Tillieux Jules-Pierre

    Je me souviens aussi, pourtant j’étais “gosse”; la boulangerie Servais était noire de monde et mes parents René Tillieux et Denise Hubeaux jouaient aux trairies et gagnaient des cougnoux que nous dégustions le lendemain matin. Que du bonheur…

  4. Malherbe Nicole

    Moi aussi je me souviens des trairies, qu’on jouait, après la messe, dans les boulangeries Servais, Pharailde, Bertrand et au Melba, dans les cafés, les restaurants.
    Elles étaient typiques à Andenne ! Les rues étaient animées par les joueurs désireux de gagner les différents cougnoux confectionnés par les boulangers, ayant à faire ! Les andennais étaient de sortie, se rencontraient !
    Si mes souvenirs sont bons, certains se rendaient à Seilles, où on jouait aussi.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre site utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience. Plus d'information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close