Sélectionner une page

Dans ce dossier


Photos


1876-10-15

Lettre du Conseiller communal Tillieux relative à un enlèvement de terre portant préjudice à la commune.

1876-10-18

Note du Commissaire Police certifiant avoir fait arrêter le travail d'enlèvement de terre.


1881-11-03

Lettre de Monsieur Robert Dachelet, neveu de Nicolas Tillieux au Bourgmestre sollicitant des informations sur son oncle.

Article

Vente de la ferme du moulin de Jodion en 1964.


Histoire du moulin de Jodion

(Andenne au détour des rues et des chemins, André Elen, 1997, pp.106-111)


Dossiers liés

Coutisse Le Moulin de Jodion

Photo prise dans les années 30. Pour plus d’informations sur ce sujet, vous pouvez consulter la rubrique Dossier – Patrimoine civil...

Consulter ce document

3 Commentaires

  1. SACRE Jean

    “Thomas, fils aîné de Gilles Tillieux et Marie Crevecoeur, cassé à JODION.
    En 1711, à l’occasion de son mariage avec Marie Jeanne Michotte originaire de Marchin, Thomas Tillieux, le fils aîné des enfants vivants de Gilles et Marie Crevecoeur, avait reçu en pleine propriété de ses parents le domaine de Jodion. Situé en aval et jouxtant Treton, il comprenait outre le moulin avec les pierres de meule et tous les ustensiles nécessaires, divers bâtiments, jardin, prés, deux étangs avec leurs poissons et deux pièces de terre dont l’une emblavée d’épeautre.
    Thomas s’était aussi vu octroyer un autre petit moulin, avec ses terres et étang, édifié en dessous du précédent sur le même ruisseau. Son père se chargeait de sa remise en bon état afin de pouvoir y moudre. Déjà, il lui avait donné trois chevaux et deux poulains et s’engageait à lui fournir un quatrième cheval si le service des moulins le requérait, contre rétrocession d’un des poulains. Gilles avait aussi cédé à son fils les droits qu’il pouvait posséder sur différentes terres et toutes les dettes dues par ceux qui vont moudre au moulin.
    Bref, de quoi bien démarrer dans la vie et l’épouse, orpheline de feus Pierre Michotte et Anne Jeanne Delmelle, avait été également bien dotée ! Conditions: payer les deux muids d’épeautre de taxe foncière, ne rien revendiquer à l’héritage et assurer chaque année à ses géniteurs tant qu’ils demeureraient à Treton trente-deux setiers de blanche mouture.
    Marie Joseph, Marie Agnès, Jacques François et Gilles Joseph vinrent égayer la vie du couple jusqu’à l’année funeste de 1723. En moins d’un mois, Thomas perdit sa fille aînée et son épouse. Trois enfants en bas âge réclament une maman. Leur père épousera en secondes noces Marie Françoise Berlaimont. De cette union, naissent Marie Joseph, Thomas et Michel Henri.
    Le maître meunier décède inopinément, ab intestat, le 13 août 1731. Trois orphelins âgés de seize, treize et presque dix ans demandent assistance. Sur avis de leurs oncles, la Haute Cour de Justice désigne pour tuteur le cadet des frères de leur défunt père, Lambert Philippe, prêtre et recteur de l’autel de la Madeleine en la collégiale de Sclayn. Quant au domaine, il est géré par l’oncle Gilles jusqu’à sa remise à bail à Henri Moulin, demeurent au monastère du Val Notre Dame. En réalité, cet ancien domestique de Thomas Tillieux agit pour son petit-fils, Henry Havelange. Ce dernier exploitera le moulin avec son grand-père à partir du 1 mai 1732 pour un terme de six ans, prorogé de trois si aucune des parties n’y a renoncé.

  2. SACRE Jean

    Jodion aux mains de Jacques Tillieux, le fils aîné de Thomas et Marie Jeanne Michotte.
    En 1740, Marie Agnès Tillieux épouse de Thomas Joseph Godart cède sa part du moulin à ses deux frères qui en reprennent l’exploitation en commun. Sept ans plus tard, Gilles procède de même envers son aîné pour une rente de trente-six florins dont le capital lui est payé en 1761. Cette cession intervient quelques jours avant le mariage de Jacques François avec Marie Albertine Dupont. De cette union naît, entre 1748 et 1773, une belle famille: neuf fils et trois filles. Quant à Gilles, en 1756, il épouse Marie Joseph Rasquin de Haillot et s’installe en ce village où il décède fin 1772.
    En 1780, Jacques emprunte deux cent quarante florins au Chapitre Noble d’Andenne. Cette somme est-elle en relation avec des travaux qui auraient été effectués à cette époque et dont atteste une clef de linteau gravée “1780 / J.T.” réinsérée en façade orientale du corps de logis ? Une autre clef avec l’inscription “1786 / I.T.” témoignerait-elle de la reprise de l’exploitation par l’avant dernier des fils, François Ignace, âgé de dix-huit ans, et d’extension qu’il y entreprit ? Provenant du mur méridional de la grange, elle a été placée, lors e transformations sous les derniers propriétaires, à la porte du quartier aménagé dans les anciennes écuries.
    En cette même année 1786, Jacques se porte caution pour son fils Thomas quand celui-ci prend à bail pour neuf ans le moulin banal de Lovegnée (Ben-Ahin).
    Le 16 floréal an VI (= 5 mai 1798), ce meunier de septante-huit ans est témoin à la déclaration de naissance de sa petite-fille, Marie Joseph, née chez Nicolas Tillieux et Marie Catherine Havelange. C’est le dernier acte connu où il apparaît.

    Essaimage en Condroz-Hesbaye

    Pour exploiter le domaine de Jodion, Jacques s’entoura successivement de plusieurs de ses fils qui quittèrent le nid pour reprendre divers moulins dans la région.
    L’aîné, Philippe Joseph, remplaça Thomas à Lovegnée lequel s’installa au moulin Haidon à Villers-le-Bouillet. Maximilien, avec son épouse, Marie Barbe Ligot, devint huilier au Paradis à Ciney. Charles est cité meunier à Hubinne (Hamois). François Ignace et son épouse Marie Constante Balthasar reprendront l’exploitation du moulin d’Ossogne (Havelange) au décès de leur beau-frère Mathieu Borlée époux de Marie Catherine Tillieux, l’aînée des sœurs. Enfin, après la vente du domaine de Jodion, le cadet, Nicolas, s’installe au Neuf Moulin à Wanze.

  3. SACRE Jean

    Les ventes de Jodion en 1809-1810
    Le 30 mai 1809, les neuf enfants en possédant les parts font vendre et passer au plus offrant et dernier enchérisseur ensuite d’affiches le moulin à farine dit de Jodion. Le domaine se compose du grand moulin avec corps de logis, grange, écurie, étable, brasserie et fournil; de deux autres moulins à farine avec tous les ustensiles et meules nécessaires et de trois beaux étangs, deux jardins, une houblonnière avec une closière partie en prairie partie en terre labourable. L’ensemble constitue un tout d’une contenance approximative de 9 hectares 46 ares tenant à l’est au ruisseau et des trois autres côtés à des chemins.
    Les vendeurs se réservent la dépouille des blancs grains et marsages des terrains ensemencés au 1 mai 1810. A cette date, le bien sera libre de bail et l’adjudicataire en aura la pleine jouissance.
    Mis à prix à 17 777,77 francs, il sera adjugé après plusieurs hausses à Jean Joseph Beausard, meunier demeurant à Senenne, pour la somme de 24 829,62 francs. Celui-ci agissait pour Martin Baily, fermier à Bois, qui y renoncera. Aussi, le 10 juillet 1810, Jean Joseph Beausard revend les moulins à farine dits de Jodion à François Ignace Tillieux. Le même jour, le nouveau propriétaire remet à bail, comme ayant débuté le 1 mai 1810, l’ensemble du domaine à son prédécesseur pour cinq ans.”

    La dévolution de ce bien aux XIXe et XXe siècles reste à écrire en fonction de l’accessibilité aux sources contemporaines. Il en va de même pour tous les ouvrages hydrauliques qui furent érigés sur l’Andenelle. Le merveilleux outil qu’est Bibliotheca Andana en sera un incontournable. Souhaitons-lui longue vie et que se révèlent de jeunes passionn(é)es pour notre inestimable patrimoine (grand)andennais.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre site utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience. Plus d'information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close