Sélectionner une page

Dans ce dossier

1930-09-09

Arrêté du Collège Echevinal décidant de soumettre à enquête commodo incommodo la demande de M. Léon Polet sollicitant l'autorisation d'installer deux fours à produits réfractaires sur l'ancien emplacement des tuileries d'Andenelle.

1930-09-10

Lettre du Collège Echevinal à M. Léon Polet l'informant de ses réserves quant à la constructions de bâtiments à l'emplacement de l'ancienne tuileries d'Andenelle.


1930-09-25

Procès verbal d'enquête commodo incommodo relatif à la demande de M. Léon Polet sollicitant l'autorisation d'installer deux fours à produits réfractaires sur l'ancien emplacement des tuileries d'Andenelle.

1930-09-30

Arrêté du Collège Echevinal émettant un avis favorable à la demande de M. Léon Polet sollicitant l'autorisation d'installer deux fours à produits réfractaires sur l'ancien emplacement des tuileries d'Andenelle.


1930-10-03

Lettre du Collège Echevinal au Gouverneur transmettant la demande de M. Léon Polet.

1930-10-24

Arrêté de la Députation permanente autorisant M. Léon Polet d'installer deux fours à produits réfractaires sur l'ancien emplacement des tuileries d'Andenelle.


2 Commentaires

  1. Marc et Viviane Moisse-Lejeune

    Monsieur Polet était comptable chez TPBG. Il s’est associé avec un ingénieur d’origine bruxelloise travaillant dans le même firme vers les années 1945 1955. Ils ont quitté cet employeur pour former la firme PEDECO située square Melin sur le terrain où dans les années 1960 le docteur Rosoux fera détruire la petite usine qui s’y trouvait. S’y fabriquaient notamment des résistances électriques industrielles et interrupteurs en porcelaine.
    J’ai eu l’occasion avec feu Camille Dossogne d’interroger deux ouvrières et la veuve de monsieur Polet aujourd’hui décédée. Madame Polet nous a donné divers objets fabriqués dans la fabrique de son mari. Ces objets ont été déposés dans les collections du Musée communal lequel possède, par ailleurs, une belle photo de la bonne dizaine d’ouvrières de cette petite fabrique.
    Jean me peux-tu donner une réponse à la question suivante : les historiens de la céramique andennaise s’accordent tous à dire que la production de porcelaine andennaise s’est terminée au XIXe siècle. Or durant quelques années, les objets de PEDECO étaient tous en porcelaine !!! Donc

  2. Jean SACRÉ

    Marc (ou tout visiteur du site), connais-tu la signification exacte de l’acronyme PEDECO ?
    Merci pour ces infos, le Musée en avait déjà reçu d’autres de la part de mon père quand il y était guide (1976-1984).
    Pour la question me posée personnellement: Ah ! quel sujet vaste et complexe et en réalité très peu et mal connu que l’activité céramique à Andenne. Ce centre ne fut pas le seul, loin de là, mais il fut l’un à avoir eu la chance d’être étudié; mais beaucoup DOIT être remis sur le métier! Comme un certain Jean Gabin le disait “Plus je vieillis, plus je sais que je ne sais pas, et çà je le sais”. La solution, notamment pour ce qui concerne la connaissance de la production de porcelaine à Andenne (vaisselle et statuaire) viendra de l’étude des autres centres belges et étrangers (France, Allemagne, Bohême entre autres), de la mise en commun des résultats et de la capacité en toute rigueur scientifique de remettre sur le métier ce qui semblait être acquis comme certitude !!! Tout un programme. PEDECO a conçu des produits en porcelaine, mais ceux-ci sont qualifiés de porcelaine industrielle comme les objets sanitaires Boch ou autres.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre site utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience. Plus d'information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close