Sélectionner une page
Bibliotheca Andana > Dossiers > Culture > Sculpteur > François Gaston

Gaston FRANCOIS est né à Thon le 1  juin 1886.
Il est le fils de François FRANCOIS et de Rosalie DELOGE.
Marié à  Lucie Lorence GRAMMONT (18/10/1891- 29/08/1988) à Thon, le 19/05/1920, il aura deux filles: Renée Florence Rosalie Ghislaine FRANCOIS (régente technique), célibataire, née à Thon le 18/03/1921 à Sclayn et Marie José FRANCOIS (régente technique) célibataire, née à Thon le 02/03/1924.
La famille François s’établira dans une maison située , au n°182 de la rue Docteur Parent, à Sclayn.
Tout comme son père, Gaston était tailleur de pierre.
A la fin de la première guerre mondiale, plusieurs communes de la vallée mosane, entre Namur et Andenne, lui commandent la réalisation de monuments aux morts: Lives sur Meuse, Thon-Samson, Sclayn et Andenne . En ce qui concerne le monument de Sclayn, c’est le 9 mars 1919 que le conseil communal , sous la présidence du Bourgmestre Tonglet , décide du texte à graver sur l’édifice.
En 1920, Gaston FRANCOIS sculpte le monument du cimetière des Fusillés à Andenne sur une conception de l’architecte René GARANT. Leurs deux noms et fonctions peuvent encore se lire au bas de la partie centrale. Ce monument fut officiellement inauguré en présence des autorités et des familles le 21 août 1920. Le motif de la dalle représente l’ange de la Paix apportant aux innocentes victimes la palme du Martyr.
Brillant artisan,  Gaston FRANCOIS  participe notamment à l’exposition régionale d’art ouvrier à l’occasion des fêtes pour le centenaire, à Andenne, en 1930. Il expose à l’hôtel de ville d’Andenne 3 œuvres de calcaire (un christ, une garniture de cheminée et deux vases).
Il est renommé pour la délicatesse de ses sculptures.
Il réalisera également un autoportrait, une sculpture de buste, qui sera déposé sur sa propre tombe, dans le petit cimetière de Thon.
Il est décédé à Sclayn le 23 juillet 1964.
Son épouse Lucie Lorence GRAMMONTdécédera 24 ans plus tard, le 29 aout 1988. Ses deux filles, qui restèrent célibataires, étaient connues dans le village sous le patronyme de » filles François ». Renée Florence, sa fille ainée, est morte à Sclayn le 15 mai 1997 et la cadette, Marie José, décédéra le 28 avril 2014 à Namur.
(Cet article à été rédigé sur base d’informations fournies par Pascal Monjoie, Jean Sacré et Marie-Claude Van Winnendaele et présenté sur le site Sclayn, hier et aujourd’hui)

Dans ce dossier


Photos


Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre site utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience. Plus d'information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close